La brosse à dent limite les infections

brosse à dent

Les infections lourdes de conséquences peuvent être limitées grâce à l’usage de la brosse à dent.

Les maladies du parodonte peuvent augmenter les risques ou maintenir certaines maladies :

  • Le diabète.
  • Des maladies cardiovasculaires (endocardite, athérosclérose, coronaropathies, septicémie).
  • Les sinusites.
  • Des maladies pulmonaires.
  • Les rhumatismes articulaires aigus.
  • Le risque de naissance prématurée de bébés de faible poids.

La bouche, une porte d’entrée pour les infections

Dans notre bouche, les dents et leur parodonte peuvent être les portes d’entrée d’infections bactériennes qui risquent d’aggraver certaines pathologies générales. C’est pour cette raison d’un bon brossage régulier avec une brosse à dent de qualité peut aidé à conserver une hygiène parfaite de la bouche.

Le point sur un phénomène de propagation assez surprenant… Qui peut être stoppé grâce à l’utilisation d’une brosse à dent !

Au niveau de la dent

Au départ, il y a une dent abimée ou fracturée. L’extension de la cavité de la carie à la dentine propage les bactéries à la pulpe via les tubules dentinaires. La pulpe répond à cette infection par une réaction inflammatoire aiguë. La douleur est alors vive et intense, elle est permanente et irradie jusqu’à l’oreille ou dans les tempes. Plus ou moins vite, la pulpe se nécrose et se putréfie. Les microbes vont se diffuser par la racine dans le péri apex et créer un abcès localisé. Les bactéries, en se développant dans l’os, libèrent des toxines qui entrainent une destruction du tissu osseux de la mâchoire et se propagent dans les tissus environnants.

Les voies de développement de l’infection

Mais il arrive aussi que l’infection emprunte des voies indirectes, comme la circulation lymphatique ou sanguine.

Par voie lymphatique, les ganglions de la région de la tête et du cou, peuvent être aussi une cible privilégiée de l’invasion microbienne. Ils gonflent et deviennent douloureux.

Par voie sanguine, les bactéries peuvent gagner un autre organe, comme les sinus, les yeux, le cœur ou les articulations.

Au niveau du parodonte

Nous avons expliqué la formation de la poche dans l’article précédent. Comment évolue-t-elle ? En l’absence de traitement, et face à une défense affaiblie, le biofilm s’étend dans la poche qui s’approfondit petit à petit. Un certain nombre de bactéries très spécifiques et les toxines qu’elles produisent altèrent les tissus environnants. Cette composante infectieuse des parodontites peut entrainer, dans certaines formes aigües, les mêmes réactions à distance que les infections d’origine dentaire. Dans notre bouche, notre système immunitaire produit en réaction à l’infection des médiateurs inflammatoires qui pourraient initier ou exacerber des maladies générales comme le diabète, l’athérosclérose, les rhumatismes articulaires aigus mais aussi jouer un rôle dans la survenue d’accouchements prématurés.

Des plaies importantes

Selon une évaluation de l’American Heart Association en 2003, la présence d’une parodontite modérée à sévère représente une plaie de 8 à 200 cm2, qui peut entrainer une diffusion bactérienne dans la circulation sanguine.

Les parodontites, le plus souvent chroniques

Les parodontites chroniques sont de loin les plus fréquentes. Elles évoluent de manière régulière ou par poussée et touchent tous les âges, mais davantage les adultes hommes que femmes, surtout entre 45 et 54 ans. En revanche, les parodontites agressives ne toucheraient que 10% environ de la population, surtout les jeunes (adolescents et adultes).

Pour tout savoir sur l’utilisation de la brosse à dent, rendez-vous sur le site mabrosseadent.com.