Glossophobie

Glossophobie

La glossophobie, ou la peur de parler en public, est une phobie très répandue qui touche jusqu’à 75 % de la population. Certaines personnes peuvent ressentir une légère nervosité à l’idée même de parler en public, tandis que d’autres ressentent une panique et une peur totales.

Ils veulent à tout prix essayer d’éviter de parler en public ou, s’ils doivent le faire, ils se serrent la main et ont une voix faible et tremblante. Comment surmonter une peur de parler en public ? Avec de la persévérance et de la préparation, il est tout à fait possible de vaincre la glossophobie.

La peur de parler en public est souvent présente chez les personnes atteintes de troubles d’anxiété sociale. Ces troubles peuvent toucher bon nombre de personnes. Cependant, il est important de souligner que les personnes qui craignent de parler en public n’ont pas toutes un trouble d’anxiété sociale ou un autre trouble psychiatrique. Pour un diagnostic de trouble psychiatrique, une déficience fonctionnelle évidente est généralement requise.

Symptômes de glossophobie

La glossophobie cause une variété de symptômes tels que :

  • Augmentation de la tension artérielle
  • Transpiration accrue
  • Sécheresse de la bouche
  • Un raidissement des muscles du haut du dos
  • Nausées et sentiment de panique face à l’obligation de parler en public
  • Anxiété intense à l’idée de parler devant un groupe.

Causes de la glossophobie

La plupart des phobies semblent surgir de nulle part, souvent dès l’enfance ou le début de l’âge adulte. Une phobie peut survenir en raison d’une combinaison de tendances génétiques et d’autres facteurs environnementaux, biologiques et psychologiques. Les personnes qui craignent de prendre la parole en public peuvent avoir une crainte réelle d’être embarrassées ou rejetées.

La glossophobie peut être liée à des expériences antérieures. Une personne qui a eu une mauvaise expérience lors d’une prise de parole en public peut craindre une répétition de cette expérience antérieure lorsqu’elle tente de parler à nouveau.

Ou encore, si on dit à une personne de s’adresser à un groupe sur place, sans possibilité de préparation préalable, et que cela ne se passe pas bien, elle peut commencer à craindre de parler en public.

Options de traitement

La glossophobie peut être traitée et, en général, les traitements et les exercices fondés sur l’exposition sont les plus utiles.

En thérapie d’exposition, une personne apprend à faire face à la situation et, avec le temps, apprend à gérer la situation qui cause la peur. La thérapie cognitivo-comportementale (TCC) est utile parce qu’elle aide une personne à gérer efficacement ses symptômes.

Les personnes atteintes de glossophobie peuvent également bénéficier de techniques de gestion de l’anxiété et de relaxation et une combinaison de plusieurs traitements peut être recommandée.

Chez les personnes atteintes d’un trouble d’anxiété sociale accompagné d’une peur de parler en public, les médicaments peuvent être utiles, surtout lorsqu’ils sont associés à une psychothérapie.

Mesures à prendre

Si vous voulez surmonter votre peur de parler en public, organisez-vous à l’avance. Essayez de visiter le lieu où vous donnerez votre conférence et examinez soigneusement tout l’équipement au préalable. Et apprenez tout ce que vous pouvez sur votre sujet bien à l’avance. Il est donc moins probable que vous disiez quelque chose d’incorrect ou que vous vous égariez. Si vous vous égarez légèrement, bien connaître votre sujet augmentera vos chances de vous rétablir rapidement.

La pratique rend parfait. Ne vous contentez pas de « faire » votre présentation complète à un auditoire bénévole une seule fois. Faites-le plusieurs fois avec des amis, des membres de votre famille ou toute autre personne avec qui vous vous sentez à l’aise. Demandez de la rétroaction et examinez attentivement les commentaires de chacun. Vous pouvez même faire une vidéo de votre discours afin de le voir et d’y apporter les modifications qui, à votre avis, l’amélioreront.

Prêtez attention au matériel à portée de main, plutôt qu’à votre auditoire. En général, l’auditoire se concentre sur la nouvelle information qu’il écoute plutôt que sur la façon dont elle est présentée. Il y a des chances qu’ils ne remarqueront même pas votre inquiétude.

N’ayez pas peur des bruits du silence. Lorsque vous perdez momentanément la trace de ce que vous dites, vous pouvez vous sentir nerveux et avoir l’impression d’avoir gardé le silence pour toujours. Mais ce n’est probablement pas plus long que quelques secondes, alors prenez simplement quelques respirations lentes et profondes et continuez.

Rappelez-vous que même si le moment de silence était plus long qu’un autre moment, c’est bien aussi. Votre auditoire s’est probablement dit que la pause était planifiée et qu’il n’y verrait pas d’inconvénient.

Laisser un commentaire